Bourses d’aide à la formation

Pour les pilotes de moins de 25 ans, il est possible d’obtenir des bourses de la fédération.

Modalités d’inscription

En résumé, pour vous inscrire il vous faut:

  • Une autorisation parentale pour les mineurs
  • Une visite médicale auprès d’un médecin agrée (liste sur le site) valable 5 ans
  • Une assurance fédérale annuelle
  • Une cotisation annuelle au club
  • Acheter le manuel de l’élève pilote et un carnet de vol

La formation de pilote de planeur se fait en deux parties, le brevet de pilote de planeur qui permet de voler seul à proximité du terrain et l’autorisation campagne qui permet de réaliser des vols de distance. On ne peux emmener de passagers qu’après 50 heures de vols après le brevet et un petit examen.

Le brevet de pilote de planeur nécessite de 20 à 40 vols en double commande et au moins 10 vols solo dont un vol solo de plus d’une heure. La fourchette est large parce qu’elle dépend des individus et de la régularité de l’entrainement. Un élève qui vole tous les jours en été sera lâché avant quelqu’un qui ne fait que deux séances par mois.

A l’issue de la formation il y a un test en vol avec un instructeur examinateur et un examen théorique. L’aéroclub organise tous les dimanches matin des cours de BIA gratuits qui sont une excellente préparation à l’examen théorique.

Un élève de moins de 25 ans qui serait lâché au bout de 30 vols dépenserait environ:

Visite médicale (non remboursée) 40 €
Assurance fédérale 80 €
Cotisation au club 70 €
40 remorqués 36 x 32 = 1152 €
30 heures de vol 20 x 27 + 10 x 18 = 720 €
Manuel + carnet de vol 25 + 15 = 40 €
Frais d’homologation au district 70 €
Bourse au lâcher -230 €
Bourse à l’homologation BPP -380 €
Total 1660 €

Il y a des réductions pour l’achat de 10 remorqués d’un coup et on est en train de réfléchir à une formule de forfait sur les heures. Les instructeurs sont bénévoles, les heures de formation sont au même prix que pour les pilotes brevetés.

Si votre budget est limité, il est préférable d’étaler la formation plutôt que d’économiser toute la somme et de s’arrêter de voler une fois le brevet en poche. Comme un permis de conduire un brevet de pilote de planeur ne sert à rien si l’on ne s’en sert pas.

Le vol à voile est une activité à part entière, avec ses étapes du lâché à la compétition, mais c’est également une bonne introduction aux autres activités aéronautiques. On connait beaucoup de pilotes de lignes, de contrôleurs aériens ou d’ingénieurs aéronautiques ou météo qui ont commencé par le planeur avec nous.

A Abbeville l’activité est saisonnière de mars à octobre, l’hiver est consacré à l’entretien.

Frédéric (un des trois instructeurs).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

complétez l\'opération *